françaisenglish

Europan 10Gembloux

Lauréat

REGARDER A TRAVERS
Alberto MOTTOLA, Simone GOBBO, Davide DE MARCHI

Commentaires du jury

Le Jury a apprécié les qualités conceptuelles d’implantation d’organisation du projet sur le site proposé par la Ville de Gembloux pour y implanter son futur Hôtel de Ville.

Il apprécie l’implantation du bâti qui émane de la structure urbaine existante et complète l’îlot Grand Rue au nord du site. Le projet s’adosse à la ville et valorise le patrimoine existant, la mise en relation des bâtiments iconiques que sont le Beffroi, l’Eglise décanale et la Maison du Bailly, et le tissu urbain constitué de Remparts, venelles et placettes. Ce projet peut être un élément de redynamisation du centre ancien protégé.

La proposition instaure des parcours variés fonctionnels et d’agrément qui s’inscrivent dans la topographie et dans les pratiques : liens entre les activités scolaires, les zones de mobilité et de stationnement avec le centre-ville historique médiéval, lien entre le haut et le bas de la ville. Ces relations sont concrétisées par la succession de 3 places et leurs liaisons: la place de l’Hôtel de ville, la nouvelle place du parc d’Epinal au dessus des parkings donnant accès aux bureaux administratifs et la partie haute du parc à l’angle des rues Docq et du 8 mai.

Le projet valorise sa situation particulière dans la topographie de la ville en utilisant la notion de paysage comme matière de conception, tant à l’échelle du grand paysage qu’à celle des proximités. L’option urbanistique prend clairement position vis-à-vis du programme d’un Hôtel de ville et s’inscrit avec une juste mesure dans le tissu urbain préservant le château, son parc et ses Remparts comme héritage et symbole de la citoyenneté.

Le projet opte pour une configuration ouverte qui permet une organisation des services administratifs accessibles aux citoyens tout en étant suffisamment flexible pour permettre l’adaptation des services aux évolutions de l’organisation du travail. Les volumétries singulières facilitent une variété d’usages et de lieux qui évite de mettre en scène une administration monolithique et rend possible une adaptabilité du projet aux réalités économique et fonctionnelle.

Le Jury relève également la force architecturale du projet avec son écriture contemporaine qui respecte et met en valeur la Maison du Bailly. La proposition illustre un savoir-faire architectural, sans brutalité ni violence, qui répond aux questionsposées par le site et permettra son évolution en fonction des souhaits des autorités locales.

Toutefois, le jury relève trois critiques :

cliquer ici pour télécharger le projet en format pdf


Cité

REMPARTS COEXISTANTS
Amaury DE VALENSART, Glenn LYPPENS, Stefan GOOSSENS

Commentaires du jury

Au niveau du rapport au paysage, le projet propose une fragmentation des volumes permettant une sympathie avec le tissu existant. Cette configuration permet une adaptation possible aux évolutions du projet.

De plus, au niveau des espaces publics, le choix d’un socle permet une transition adéquate entre la ville basse et le parc en hauteur. Il maintient un bon équilibre entre le parc d’Epinal et les nouveaux espaces publics créés. Le front bâti sur la rue du 8 mai reflète cependant un manque de transparence qui serait pourtant attendu d’un centre communal contemporain.

Au niveau de l’architecture, le jury constate une opposition de deux registres (le socle et le filtre) qui offre une lisibilité à ce projet fragmenté. Toutefois, le rapport au paysage induit par les filtres verticaux est à affiner.

Le manque de transparence du front bâti, la lecture paysagère ainsi que les impossibilités programmatiques relevées à l’analyse du projet entraînent le fait que le jury, tout en appréciant certaines facettes du projet, ne considère pas qu’il puisse lui attribuer une consécration de niveau international. Le projet n’obtient donc que le titre de « projet cité ».

cliquer ici pour télécharger le projet en format pdf


Cité

CHEMINS DE RONDE
Renald PANSAERTS, Ronald RIFFLART, Joël MEERSSEMAN

Commentaires du jury

Le projet "chemin de ronde" est en quelque sorte un projet "tectonique" dans la mesure où il travaille par couches superposées et donne ainsi une réponse au programme en s'intégrant à la topographie locale.

Tout en assurant l'accrochage des bâtiments au sol, il crée avec ceux-ci une succession d'espaces différenciés de niveaux d'intimité variables du niveau de la Place de l'Hôtel de Ville au niveau du parc. Il met également en valeur les remparts en les intégrant dans la restructuration de l'îlot.

Néanmoins, une partie du jury s'est déclaré très sceptique quant à l’échelle du projet, notamment par rapport à la Maison du Bailly.

Le choix de situer l'accès principal du public aux bureaux au niveau de la Place de l'Hôtel de Ville renoue avec la mémoire citoyenne. La rue piétonne recréée en cet endroit constitue un raccourci entre la rue du 8 Mai et la Place de l'Hôtel de Ville, et ouvre la vue des bureaux sur une rue piétonne plutôt que sur un délaissé urbain.

Par contre, la structuration intérieure des espaces, assez traditionnelle et sans qualité spatiale particulière pour les employés et les citoyens, est assez peu convaincante.

Elle semble traduire la faiblesse architecturale de la proposition, également perceptible dans le traitement des façades, ce qui, ajouté à la remarque relative à l’échelle du projet, reprise au premier paragraphe de ce commentaire, entraîne le fait que le jury, tout en appréciant certaines facettes du projet, ne considère pas qu’il puisse lui attribuer une consécration de niveau international. Le projet n’obtient donc que le titre de « projet cité »

cliquer ici pour télécharger le projet en format pdf